informationNous reprochons souvent à certains sceptiques de parler de la littérature parapsychologique de façon approximative, ou bien de tout simplement ne pas en parler et faire comme si elle n’existait pas. Un de nos lecteurs nous a demandé quelques informations permettant à des personnes, notamment d’orientation sceptique, de se familiariser avec cette littérature sans y passer ses journées. Nous avons essayé de faire un petit condensé des meilleures sources permettant de la consulter.

Quelles sont les meilleures publications ? Comment se les procurer ?

Une demande récurrente parmi les sceptiques est celle-ci : « Citez-nous une seule, mais, s’il vous plait, une seule publication qui prouve l'existence des perceptions extra-sensorielles ! »

…ce qui est une mauvaise question selon nous. Pourquoi ? Car à l’heure actuelle, de notre point de vue, il n’y a pas de preuve des perceptions extra-sensorielles : il y a des publications qui semblent indiquer des transferts d’information inexpliqués. C’est très différent, car il y a plusieurs théories concernant ces transferts d’information : des théories sceptiques ou non-psi (qui, contrairement à ce que laissent entendre certains sceptiques, ne sont pas du tout l’exclusivité des sceptiques, puisque les parapsychologues proposent des théories de ce type) et des théories parapsychologiques ou psi. Ainsi, pour prouver les perceptions extra-sensorielles, il faudrait :

  1. déterminer la nature physique de l’interaction,

  2. déterminer comment l’information est perçue par le sujet,

  3. déterminer le trajet neurophysiologique de l’information.

A l’heure actuelle, personne n’a de réponse à ces trois questions. Il y a des pistes de recherches, ainsi que quelques données empiriques et des théories, mais il n’y a rien de confirmé permettant un consensus scientifique. A partir de là, la demande pertinente devient selon nous : « Citez-nous une publication mettant en évidence ces transferts d’information inexpliqués ? »...sachant que la notion de transfert d’information inexpliqué est synonyme pour nous du terme « psi », et que ce psi correspond soit :

  • à des biais et des artefacts indéterminés pour l’instant,

  • soit à des transferts d’informations par des modalités encore inconnues.

Donc, quand nous parlons de psi, nous ne présumons pas de la nature de l’interaction : elle peut être « classique » ou « non-classique ». Nous n’en savons rien. A partir de là, il devient possible de travailler dans de bonnes conditions. Il n’y a plus de guerre entre un camp « sceptique » et un camp « parapsychologique ». Il y a simplement des scientifiques qui tentent d’expliquer des résultats empiriques. C’est à partir de ce point d’entente neutre que nous pouvons proposer une publication.

Le choix reste cependant difficile. Pourquoi ? Car s’il n y a qu’une publication démontrant un effet, il est facile de l’isoler et de préférer suspecter une triche ou une erreur quelque part. En revanche, s’il y a plusieurs centaines de publications significatives (ce qui est le cas), une telle hypothèse devient moins cohérente. Mais puisqu’il faut en effet bien commencer quelque par, et s’il nous fallait conseiller une publication et une seule, ce serait probablement « Does psi exist ? » (Bem & Honorton, 1994). Pourquoi ? Car cet article est publié dans une revue à comité de lecture généraliste reconnue pour sa qualité (Psychological Bulletin). Car il est rédigé par l’un des meilleurs parapsychologues de son époque, Charles Honorton, et par Daryl Bem, un professeur de psychologie reconnu pour la qualité de ses travaux et qui s’est intéressé au Ganzfeld alors qu’il campait une position sceptique. Enfin, parce que ce travail reprend un ensemble important de travaux de recherche effectués par plusieurs universités, concernant un protocole, le Ganzfeld, qui a été le plus travaillé. Comme cette publication nous paraissait essentielle, elle a été placée sur le site de l’IMI et nous l’avons même traduite pour qu’elle soit plus facilement accessible : Version originale / version traduite.

La version traduite n’est pas parfaite mais c’est déjà plus facile à lire pour ceux qui nous ne maîtrisent pas entièrement la langue de Shakespeare.  Bien entendu, il y a eu d’autres publications depuis concernant le Ganzfeld (en particulier, les méta-analyses de Storm & Ertel, 2001 ; Radin, 2006) et concernant cette publication (les remarques de Blackmore ou encore de Milton et Wiseman). Mais ce qui ressort de l’ensemble des débats à l’heure actuelle, c’est que lorsqu’une équipe de recherche décide de monter un protocole Ganzfeld selon les normes standards, cette équipe parvient à reproduire un effet psi. Cela signifie que si une équipe sceptique voulait obtenir un effet psi, le meilleur des choix serait probablement de monter un protocole Ganzfeld, ce qui faisable pour des personnes qui ont accès à des laboratoires de psychologie par exemple. Cela ne demande pas une préparation et des moyens incroyables.

Pour ceux qui souhaiteraient ensuite avoir un éventail un peu plus large, les parapsychologues Parker et Brusewitz ont collecté les meilleures publications en faveur de l’hypothèse parapsychologique (2001). Cet article est une excellente ressource car il résume toutes les meilleures publications. Cela veut dire qu’un groupe sceptique qui voudrait par exemple étudier les publications de parapsychologie aurait intérêt à commencer par là. Comme cet article nous paraissait important, nous l’avons également traduit : version originale / version traduite.

Cependant, des complications arrivent car toutes les publications mentionnées dans ce recueil d’articles ne sont pas accessibles directement. Pourquoi ? Parce qu’il y a des droits d’auteurs qui dépendent des revues et qui interdisent de mettre directement les articles en ligne. Par contre, il existe heureusement une base de données scientifiques dans laquelle se trouve la plupart de ces articles. Il s’agit de lexscien.org (Library of Exploratory Science) qui offre accès à la plupart des revues anglophones de parapsychologie sous forme numérisée. Le prix d’abonnement n’est pas très élevé. Si un organisme sceptique souhaitait consulter les meilleures publications, nous leur conseillerions donc de prendre un accès à Lexscien. Sans cet accès, il paraît bien difficile de récupérer chacun des articles, car ces revues sont généralement mal diffusées en France.

Si vous préférez le support papier, nous conseillons comme ouvrage de base An introduction to parapsychology de H.J. Irwin & C. Watt (5th edition, 2007). C’est un ouvrage nuancé qui fait le bilan des recherches et qui propose les différentes interprétations parapsychologiques et sceptiques. Il peut être commandé par Internet pour environ 40 €.

Nous avons aussi fait le bilan des publications d’articles de parapsychologie dans des revues mainstream (plus d’un millier). Pour les étudiants et les universitaires, il est possible de se connecter à PubMed, PsychoInfo ou DirectScience à leur bibliothèque et de taper des mots clefs comme « parapsychology » et « paranormal ». Vous trouverez alors des dizaines de publications mainstream facilement. Dans certaines bases de données, les articles des revues de parapsychologie sont également indexés.

Comment se tenir à jour concernant les recherches ?

Une fois cette initiation à la littérature parapsychologie effectuée, comment se tenir à jour ? Une manière de se tenir à jour facilement consiste à commander chaque année les Proceedings de la Parapsychological Association (Actes des congrès annuels). La plupart des chercheurs présentent leurs travaux à ce moment-là. Ces actes permettent donc d’avoir aperçu des avancées au niveau international. Les Proceedings font quelques centaines de pages et comprennent en général une trentaine de publications. Les Proceedings peuvent être commandés sur le site de PA. Ils coûtent habituellement 40 dollars US. Il est également possible de consulter les résumés en ligne. Bien entendu, l’idéal reste de se rendre à un congrès de PA pour pouvoir se rendre compte du niveau des chercheurs et évaluer précisément la qualité de la communauté parapsychologique. Voici un exemple de résumé d'un congrès de PA.

Pour aller un peu plus dans le détail, nous conseillerions de commander également l’European Journal of Parapsychology. C’est la meilleure revue spécialisée de parapsychologie et les articles sont indexés dans plusieurs bases de données scientifiques. L’EJP peut être commandé ici et quelques articles sont disponible en ligne.

Il existe d'autres ressources intéressantes sur le net, notamment dans le domaine des applications psi. Par exemples les travaux de Schwartz en archéologie et sur la recherche des personnes disparues (nous avons également traduit l'article le plus clair sur cette question qui est disponible ici)

Ces différentes références permettent d'avoir un premier aperçu de la recherche en parapsychologie. Ensuite, pour réellement connaître le détail de la littérature,  il faut consulter dans les revues de parapsychologie qui sont malheureusement tout en anglais. Pour ceux qui ne liraient que le français, d'autres publications sont disponibles sur le site de l'IMI pour une introduction à la parapsychologie et pour avoir quelques ressources supplémentaires en français.